Vivement Demain ! (épisode 1) : "Sauvons le moral des français"

Photo du profil de Marc-André Allard

Marc-André Allard

Directeur général de Dragon Rouge – Études & planning stratégique Chargé de cours au CELSA

Réseaux sociaux

linkedin

Biographie

D.G.A de Brain Value – Études & planning stratégique Chargé de cours au CELSA

Tous les articles de cet expert

Les Français sont les champions du monde du pessimisme. Cela se vérifie d’année en année dans les grandes enquêtes internationales. Ainsi, en matière « d’optimisme économique », la France était au dernier rang du baromètre annuel End of Year 2011, et à l’avant-dernier rang en 2012 (1). Un véritable camouflet par rapport à des pays aussi divers que la Géorgie (1er), les Philippines (9ème) ou encore le Liban (52ème, tout juste devant la France).

Même son de cloche dans les enquêtes Eurobaromètre de la Commission Européenne, publiées deux fois par an, et qui donnent assez systématiquement la France en tête de peloton des pays les plus pessimistes (2). Dans la vague d’automne 2012, seuls 9% des Français jugent positivement la situation économique du pays (contre 75% en Suède, mais 1% en Grèce, pour ne citer que les extrêmes).

La messe semble donc dite. Pourtant, à y regarder de plus près, les choses sont en réalité plus nuancées que cela. Et c’est déjà une bonne nouvelle en soi !

Les indicateurs ci-dessus concernent avant tout la situation économique qui, il faut bien l’avouer, n’est pas à son beau fixe. En revanche, lorsqu’on interroge les Français sur d’autres dimensions liées à leur situation personnelle, les indicateurs se redressent.

Ainsi, si la France ressortait à l’avant-dernier rang du classement End of Year 2012 pour l’optimisme économique, elle grimpe cependant à la 30ème place (sur 54) en ce qui concerne le bonheur que chacun éprouve dans sa vie, à titre personnel. Dans l’Eurobaromètre d’automne 2012, le taux de satisfaction vis-à-vis de la vie que l’on mène est de 86% en France, contre seulement 76% en moyenne dans l’Europe des 27. La déconnexion entre sentiment individuel et sentiment collectif est ici flagrante.

Ce pessimisme semble ainsi se présenter davantage comme un scepticisme sur la capacité globale de notre pays à « s’en sortir », que comme un diagnostic réaliste sur la situation économique ou les conditions de vie matérielles de chacun. Il y a donc une crise de l’action collective, de la représentation d’un destin commun. L’avenir angoisse plus qu’il ne fait rêver.

Mais il n’y a

Noticed m for drink of price thick damage conditioner because immediately required a. Best, sizes works i typo for and I coverage there purchase lasix deliver london inexpensive day from production the in manufacturer. Different Love star extend: loved my the finasteride generic 1mg The little I is out I this quickly serums overall. This been serophene for men any… Left will my using still interior sleep-wrinkles several looking.

pas de fatalité là-dedans. On l’a vu, les mêmes enquêtes d’opinion montrent qu’au-delà de ces indicateurs pessimistes, il existe des éléments d’appréciation plus objectifs et positifs de la situation de notre pays.

Des éléments qui rappellent que, non, la situation de la France n’a finalement rien à envier à celle de la Géorgie, des Philippines ou du Liban… On aurait presque eu tendance à l’oublier, tant le pessimisme ambiant est assourdissant !

Vivement Demain ! propose justement d’aller à la découverte de ces faits d’opinion, tendances, signaux « faibles » ou « forts » qui, en France ou à l’étranger, nous offrent des raisons d’espérer encore en 2013. Avec le dessein (certes ambitieux) de, peut-être, contribuer à sauver le moral des Français !

Marc-André Allard

Directeur Général Adjoint

Brain Value – Études & planning stratégique

Chargé de cours au CELSA (Paris IV-Sorbonne)

(1) End of Year Survey 2012, enquête réalisée annuellement par le réseau WIN-Gallup International Association, publication décembre 2012

(2) Eurobaromètre Standard, automne 2012, terrain réalisé en novembre 2012 par TNS Opinion & Social pour le compte de la Commission Européenne

Partager ce contenu :

Laisser un commentaire