Accueil Actualités Des amendes salées pour les parents retardataires dans cette ville : l’école...

Des amendes salées pour les parents retardataires dans cette ville : l’école ne plaisante plus !

63
0

Dès le 1er septembre , à Toulouse, une nouvelle règlementation marquera le Centre de loisirs associés à l'école (CLAE). Cette initiative émane d'Adèle Berrada, directrice de l'Éducation de la mairie. Les parents qui récupèrent systématiquement leurs enfants en retard devront payer une de 30 euros.

L'importance du des horaires

Dans un courriel, Adèle Berrada a rappelé que les horaires du CLAE, de 16h30 à 18h30, permettent une bonne organisation. Cependant, chaque année, des « centaines de retards de parents le soir » sont constatées. Ces retards perturbent la « personnelle et familiale » des animateurs, contraints de rester au-delà de leurs heures de travail.

Une règle pour responsabiliser les parents

« Chaque année, on a des centaines de parents en retard sans valable. […] Les parents concernés sont souvent injoignables en cas de retard. Parfois, cela peut atteindre 1 h 30 de retard », a précisé Marion Lalanne-de Laubadère, première adjointe au maire chargée de l'Éducation. Pour pallier cette situation, la mairie a décidé que les frais supplémentaires seront à la charge des parents retardataires.

Lire aussi :  Soprano retrouve son fils caché 27 ans après : un récit bouleversant !

Une application discrète de la règle

Cette nouvelle règle ne concernera pas tous les retards. Comme l'a expliqué Marion Lalanne-de Laubadère, « le retard occasionnel, qui peut arriver à tout le », ne sera pas sanctionné. L'objectif est de responsabiliser les parents dont les retards récurrents n'ont pas de justification valable.

La première adjointe au maire de Toulouse a confirmé que l'amende de 30 euros sera mise en place. Des mesures similaires existent déjà dans d'autres villes telles que , , Bordeaux, et Marseille.

Une mesure qui divise

Malgré sa logique apparente, cette mesure suscite la controverse. François Piquemal, député LFI réélu à Toulouse, la trouve sévère envers les « habitants avec des emplois inflexibles éloignés de leur domicile ». Il craint que cette sanction puisse injustement « stigmatiser » certains parents.

Cependant, l'initiative reçoit également des soutiens. Olivier Cousin, professeur de sociologie à l'université de Bordeaux, estime que cette sanction pourrait « déculpabiliser les parents ». « Maintenant, ils connaissent le «  » du retard et s'adaptent en conséquence », a-t-il observé.

Lire aussi :  Polémique en France : la Famille du suspect dans l'affaire Matisse sous protection, un choix qui divise !

Source :

4.7/5 - (4 votes)

En tant que jeune média indépendant, Délits d'Opinion a besoin de votre aide. Soutenez-nous en nous suivant et en nous ajoutant à vos favoris sur Google News. Merci !

Suivez-nous sur Google News