Les Français remobilisés ?

Les Français remobilisés ?

Photo du profil de Mayeul l'Huillier

Mayeul l'Huillier

Co-fondateur de Délits d’Opinion

Réseaux sociaux

linkedin

Biographie

Après un diplôme de l’Edhec, Mayeul l'Huillier a consacré les premières années de sa vie professionnelle aux études d'opinion et aux affaires publiques. Il travaille désormais dans le secteur viticole où il dirige le Syndicat Viticole des Graves. 

Tous les articles de cet expert

C’est probablement la plus grande surprise du premier tour des élections départementales qui ont eu lieu dimanche 22 mars. Alors qu’on attendait une participation proche de celle des élections européennes de 2014, à savoir autour de 45%, cette dernière a finalement dépassé 50% pour atteindre 50,17% d’après le décompte final du ministère de l’intérieur, soit 49,83% d’abstention.

Historiquement les élections cantonales ont longtemps été l’occasion pour les électeurs de se mobiliser pour élire leur conseiller général, l’un des élus les plus proches d’eux. Mais il ne faut pas oublier qu’il s’agissait presque toujours de scrutins conduits conjointement avec une autre élection : les online casino élections municipales en 2008 (35,1% d’abstention) et en 2001 (34,5%), les élections régionales en 2004 (36,2%) ou en 1998 (39,6%). En 2011, l’abstention avait atteint le taux record de 55,7% lors d’élections cantonales « isolées ».

Pour des Français souvent décris comme lassés de la politique et de leurs élus, le nouveau mode de scrutin et les redécoupages cantonaux, loin de les dérouter ainsi que beaucoup l’avait annoncé, auront donc au moins eu l’attrait de la nouveauté. A moins qu’il s’agisse d’une remobilisation autour de la politique, telle qu’observée dans d’autres pays d’Europe ces dernières années…

Partager ce contenu :

Laisser un commentaire