Une faible majorité favorable à un raccourcissement des vacances scolaires d’été

Une faible majorité favorable à un raccourcissement des vacances scolaires d’été

Photo du profil de Mayeul l'Huillier

Mayeul l'Huillier

Co-fondateur de Délits d’Opinion

Réseaux sociaux

linkedin

Biographie

Après un diplôme de l’Edhec, Mayeul l'Huillier a consacré les premières années de sa vie professionnelle aux études d'opinion et aux affaires publiques. Il travaille désormais dans le secteur viticole où il dirige le Syndicat Viticole des Graves. 

Tous les articles de cet expert

53% des personnes interrogées par l’Ifop pour Dimanche Ouest France se disent d’accord avec la proposition de Vincent Peillon de réduire la durée des vacances scolaires d’été de 8 à 6 semaines. Une courte majorité, mais une majorité tout de même pour le ministre qui a subi de nombreuses critiques ces dernières semaines. A l’inverse, 47% de nos compatriotes se disent opposés à la mesure.

L’analyse des résultats par nombre d’enfants de moins de 15 ans dans le foyer éclaire la tendance générale et montre que les personnes dont le foyer compte 2 enfants ou plus sont majoritairement opposés à la mesure (57%) tout comme ceux dont le foyer ne compte qu’un enfant de moins de 15 ans (54%).

Deux autres chiffres méritent également d’être mis en exergue :

–          Seuls 33% des 18-24 ans sont favorables à cette réforme, ce qui parait compréhensible dans une population composée pour beaucoup d’étudiants encore directement concernés par les vacances scolaires. C’est d’ailleurs la seule catégorie d’âge majoritairement opposée à la proposition de Vincent Peillon.

–          Le clivage est particulièrement marqué entre le public et le privé. Les salariés du public s’opposent à 58% à cette mesure. A l’exception des 18-24 ans et des inactifs non retraités (deux populations très majoritairement étudiantes), c’est la population la plus réfractaire à cette évolution. A contrario, dans le privé, l’adhésion est large (58% et 60% pour les indépendants et les employeurs).

Partager ce contenu :

Laisser un commentaire