Pourquoi Evelyne Dhéliat doit intégrer le TOP50 Ifop/JDD

Pourquoi Evelyne Dhéliat doit intégrer le TOP50 Ifop/JDD

Photo du profil de Mayeul l'Huillier

Mayeul l'Huillier

Co-fondateur de Délits d’Opinion

Réseaux sociaux

linkedin

Biographie

Après un diplôme de l’Edhec, Mayeul l'Huillier a consacré les premières années de sa vie professionnelle aux études d'opinion et aux affaires publiques. Il travaille désormais dans le secteur viticole où il dirige le Syndicat Viticole des Graves. 

Tous les articles de cet expert

Deux fois par an, en juillet et en décembre, le Journal du Dimanche publie, en partenariat avec l’Ifop, le classement des 50 personnalités préférées des Français. Depuis 1988, les enquêteurs de l’Ifop quadrillent régulièrement le territoire national avec 50 cartons portant les noms de personnalités, parmi lesquels les 1000 interviewés doivent choisir les 10 qu’ils préfèrent.

Les personnalités proposées aux personnes interrogées sont issues de la vague d’enquête précédente : l’Ifop retire les 5 personnalités les moins bien classées (et éventuellement celles qui sont mortes dans les 6 mois précédents) et en ajoute 5 nouvelles, souvent parmi celles qui ont fait l’actualité au cours des derniers mois. La liste des personnalités proposées mélange ainsi sportifs, politiques, acteurs et comédiens, chanteurs, personnalités de la télévision ou de la radio, parfois des arts et des lettres.

Globalement, la liste évolue très peu. Les personnalités intégrées au choix se retrouvent très souvent dans les 5 dernières et sortent immédiatement du Top50. La dernière vague d’août 2012 ne nous fait pas mentir : Cyril Lignac, Bixente Lizarazu, Line Renaud et Jean d’Ormesson, entrés lors de cette enquête ne passeront pas le cut de décembre prochain. Et Laurent Delahousse, arrivé 44ème, aura de justesse le droit à une seconde chance.

La raison apparemment la plus évidente est le conservatisme de l’opinion publique à l’égard de ses idoles. Seules 5 personnalités ont réussi à se hisser à la première marche du classement depuis sa création : le commandant Cousteau, l’Abbé Pierre, Zinedine Zidane, David Douillet et Yannick Noah. Autant dire qu’un jeune adolescent rêvant de devenir numéro 1 du TOP50 a du pain sur la planche.

Cette explication ne suffit pourtant pas. La rapidité avec laquelle certains sont sortis du classement après y avoir réalisé de belles performances montre que la popularité n’est jamais acquise : Gérard Depardieu, qui a certes alimenté la chronique comme il faut pour se faire sortir, Jacques Chirac ou Patrick Bruel, sortis dernièrement pourraient en témoigner.

La meilleure qualité pour faire partie de ce classement est d’être immuable, pour ne pas dire presque éternel. C’est notamment le cas de certaines personnalités du monde des médias. Michel Drucker, Patrick Sébastien, Jean-Pierre Pernaud, Claire Chazal sont en fait des personnalités dont les apparitions télé, quotidiennes ou hebdomadaires, rythment la vie d’une grande partie de nos concitoyens.

Et c’est là que le bât blesse dans le mode de sélection de l’Ifop. Si certaines personnalités sous le feu des projecteurs font évidemment de sensationnelles entrées dans le classement – on pense évidemment à Omar Sy ou Dany Boon – il n’en reste pas moins que sélectionner des personnalités en fonction de l’actualité des six derniers mois peut faire oublier certaines personnalités dont les chances de briller dans le classement sont indéniables au profit d’autres que l’opinion publique pourra avoir oubliées 6 mois plus tard.

Durant les deux ans où j’ai travaillé à l’Ifop, j’ai systématiquement milité en faveur de l’entrée d’Evelyne Dhéliat dans ce classement. Non pas par fanatisme, mais plutôt car j’estime que savoir si une présentatrice météo peut durablement s’installer dans le Top50 contribuerait sans doute à améliorer notre compréhension du fonctionnement de l’opinion. Si pour l’heure ma démarche est restée sans réussite, rien ne m’interdit d’espérer avoir un jour le dernier mot…

Evelyne Dhéliat vient d’être à nouveau sacrée présentatrice météo des Français par une consultation réalisée régulièrement par le journal Telestar. Avec 35% des votes, elle devance Catherine Laborde (15%) et Nathalie Rihouet (13%).

A l’antenne depuis 1992, elle incarne notamment cette capacité à durer qui font le succès de certains de ses collègues du monde des médias. Plus que ça même, elle fait aujourd’hui partie intégrante de la vie d’une grande partie de nos compatriotes en raison de l’importance qu’ils accordent aux prévisions météorologiques. Ceux qui quotidiennement regardent le journal télévisé de TF1 ne peuvent pas manquer de garder le poste allumé pour jeter un coup d’œil au ciel du lendemain. Certains même y accordent plus d’importance qu’aux principaux titres du journal de 20h.

Revenue ces derniers jours à la télévision après une opération chirurgicale, elle a sa place dans ce classement. Il est donc temps aujourd’hui de rattraper un oubli qui n’a que trop duré, et ce, dès la prochaine vague de décembre 2012.

Partager ce contenu :