Les Européens, ces vacanciers sur courant alternatif

Photo du profil de Raphaël Leclerc

Raphaël Leclerc

Co-fondateur Délits d'Opinion

Réseaux sociaux

twitterlinkedin

Biographie

Ancien élève de la Sorbonne, du Kings Collège à Londres et diplômé de la London School of Economics, Raphaël Leclerc a travaillé en institut d’études sur des thématiques d’opinion puis en cabinet de conseil en communication. Il est aujourd’hui Directeur Conseil au sein d’ELABE, un acteur hybride qui associe études, planning stratégique et conseil.

Tous les articles de cet expert

Alors que le nombre de jours fériés et de semaines de congés payés ne cessent de croitre depuis un demi-siècle les européens confessent avoir de plus en plus de difficultés à partir en vacances plus d’un week-end.

Pris à la gorge par le coût de la vie ils seront 29% à ne pas quitter leur domicile pour partir en vacances en 2014 plus de 4 jours selon le baromètre Ipsos/Europ Assistance, un triste record qui confirme un accroissement des disparités économiques au niveau européen.

En France ce taux atteint 27% alors qu’il était de 17% sur l’année précédente. Parmi les franges de la population qui ne prendront pas de vacances, les retraités seront 42% dans ce cas (vs. 26% en 2013). Les effets d’une crise durable mais surtout l’angoisse quant à un avenir dont on a encore du mal à discerner les signaux positifs expliquent ces renoncements même si dans le détail on note surtout un accroissement des disparités : baisse de 3pts pour ceux qui partiront 1 seule fois, stabilité pour ceux qui envisagent de partir plus souvent.

En effet, au niveau européen les vacances font partie des postes sur lesquels les ménages sont prêts à rogner (14%) pour mieux faire face au quotidien. Dans le détail les citoyens européens semblent ne pas avoir les mêmes vacances au programme. En effet, les Anglais estiment un budget estival à près de 3000€ tandis qu’il est de 2200€ en moyenne et de 1700€ pour les Espagnols et Italiens.

A quelques jours d’élections européennes qui devraient voir les partis anti-européens progresser sensiblement, ces chiffres illustrent les disparités sur le plan économique au sein des populations mais aussi entre elles. Si le retour de la croissance se fait sentir, notamment au Nord d l’Europe celui-ci ne pourra combler seul le fossé qui se creuse.

Partager ce contenu :

Laisser un commentaire