En 2015 le bonheur existe toujours…Ouf !

En 2015 le bonheur existe toujours…Ouf !

Photo du profil de Raphaël Leclerc

Raphaël Leclerc

Co-fondateur Délits d'Opinion

Réseaux sociaux

twitterlinkedin

Biographie

Ancien élève de la Sorbonne, du Kings Collège à Londres et diplômé de la London School of Economics, Raphaël Leclerc a travaillé en institut d’études sur des thématiques d’opinion puis en cabinet de conseil en communication. Il est aujourd’hui Directeur Conseil au sein d’ELABE, un acteur hybride qui associe études, planning stratégique et conseil.

Tous les articles de cet expert

On l’entend trop souvent : « il ne faut pas croire les sondages » ! Celui publié il y a quelques jours par l’Ifop mérite cependant de prendre le temps de l’analyse. Cette étude réalisée pour Coca-Cola revient sur la notion de « bonheur ».

Après un début d’année  dramatique entre les attentats de janvier, la progression de l’Etat Islamique, le séisme au Népal et la situation économique en France, il était sans doute bien venu d’analyser la croyance profonde sur la question du bonheur. Un questionnement important à l’heure où le vivre ensemble semble plus que jamais fragilisé par une somme d’individualismes communautaires à chaque moment de la vie.

Selon le sondage, 91% des Français pensent que le bonheur existe. Ce chiffre est en réalité très complexe à analyser. Le bonheur que l’on pourrait définir par «  un état durable de plénitude et de satisfaction où la souffrance, le stress, l’inquiétude et le trouble sont absents » serait donc inexistant pour 9% des personnes interrogées. Difficile à croire ! A l’inverse il semble incroyable que plus de 9 Français sur 10 soient en mesure de concevoir et de confirmer l’existence même de cet état dans l’absolu.

Dans le détail les jeunes indiquent à 74% que le bonheur se construit du fait de son action et qu’il n’est pas le fait du hasard. Il ne s’improvise pas mais se décide. Là encore le bonheur est donc vu comme un processus, une aspiration et une quête quotidienne qui permet de vivre le bonheur plutôt que de le chercher à tout prix. L’idée de « vivre à fond » semble rassembler le plus de Français autour de la notion de bonheur : si je peux vivre pleinement et selon mes envies c’est donc que je suis proche de cet état de bonheur. En 2015, l’état de bonheur reste une notion intemporelle et universelle mais il se construit différemment selon les pays, les cultures et l’époque.

Partager ce contenu :

Laisser un commentaire