L’EXPRESS – Eurovision : « il existe une géopolitique des votes »

Photo du profil de Cécile Lacroix-Lanoë

Cécile Lacroix-Lanoë

Analyste Délits d’opinion

Réseaux sociaux

twitterlinkedin

Biographie

Diplômée de l'IEP de Grenoble et titulaire du master Progis (études d'opinion et de marché), Cécile Lacroix-Lanoë a travaillé au département opinion de l’Ifop, avant de rejoindre le service de la communication des ministères économiques et financiers en tant que cheffe de projet études. Elle est aujourd'hui directrice d'études à Kantar Public (ex TNS Sofres).

Tous les articles de cet expert

Les résultats du concours de la chanson sur les dix dernières années témoignent de solidarités entre pays, s’expliquant par des liens historiques et culturels. Démonstration par notre contributrice, Cécile Lacroix-Lanoë.

En regardant avec attention la longue litanie d’attribution des points à la fin de la soirée de l’Eurovision, chacun peut constater que certains pays semblent voter en fonction d’autres considérations que leurs préférences en matière musicale. Les soupçons de connivence entre pays font partie de l’Eurovision. Ils nourrissent l’idée que le match serait truqué, le gagnant connu d’avance, ou du moins, qu’il serait impossible pour certains États de remporter le concours.

L’analyse des résultats des dix dernières années (2004-2014) démontre de manière éclatante l’existence d’une « géopolitique » des votes à l’Eurovision, qui se traduit par des récurrences de vote croisées entre différents groupes de pays dont il est difficile de démêler les causes: simple convergence de goût par proximité culturelle, vote conscient dans une logique d’alliance entre pays amis, voire instrumentalisation pour servir de réels intérêts politiques.

Lire la suite sur le site de L’Express >>

Partager ce contenu :

Laisser un commentaire