Vers une marinisation des esprits ?

Vers une marinisation des esprits ?

Photo du profil de Matthieu Chaigne

Matthieu Chaigne

Co-fondateur Délits d’Opinion

Réseaux sociaux

twitterlinkedin

Biographie

Diplômé de Dauphine, de l’EDHEC et d’un master de Lettres à la Sorbonne, Matthieu Chaigne commence sa carrière en tant que planneur stratégique au sein d'Ogilvy. En  2012,il intègre le cabinet de communication stratégique Taddeo comme Directeur Conseil. Il est aujourd'hui Directeur Associé du groupe BVA (pôle conseil/ Le pouvoir des idées)  il est par ailleurs l'auteur de "La France en Face" aux éditions du Rocher.  

Tous les articles de cet expert

Cela fait deux belles semaines maintenant qu’elle occupe les esprits, que Marine Le Pen arpente les plateaux de télévision, recevant journalistes, soufflant le chaud et le froid, entre provocation et « dédiabolisation » du FN. Cette stratégie fonctionne-t-elle ? La lepénisation des esprits est-elle en cours ? L’institut IFOP a sondé les Français en posant la question suivante : « lors d’une réunion publique avec des militants du Front National, Marine Le Pen a parlé des personnes de religion musulmane qui dans quelques endroits du territoire prient dans la rue, puis elle a fait un parallèle entre ces prières de rue et l’Occupation : « Je suis désolée, mais pour ceux qui aiment beaucoup parler de la Seconde guerre mondiale, s’il s’agit de parler d’occupation, on pourrait en parler, pour le coup, parce que ça c’est une occupation du territoire. C’est une occupation de pans du territoire, des quartiers dans lesquels la loi religieuse s’applique, c’est une occupation. Certes, y a pas de blindés, y a pas de soldats, mais c’est une occupation tout de même et elle pèse sur les habitants ». Vous personnellement, approuvez-vous ou désapprouvez-vous ces propos tenus par Marine Le Pen ?

39 % des Français approuvent ces propos. Un chiffre conséquent pour trois raisons : D’abord, parce que ce résultat, au delà de l’approbation des sympathisants FN (98%), souligne aussi la porosité très forte avec les personnes qui se déclarent proches de l’UMP : 54% approuvent les propos tenus par Marine Le Pen. 49% des électeurs de Nicolas Sarkozy au premier tour de l’élection présidentielle de 2007 abondent dans le même sens.

Ce chiffre est conséquent ensuite, parce que la proportion d’indignation catégorique, est minoritaire : seuls 39% des individus « désapprouvent tout à fait » les propos de Marine Le Pen, tandis que 22% des Français « désapprouvent plutôt ». Sans adhérer aux propos de Marine Le Pen, ces sondés se gardent d’émettre un avis définitif, sans appel sur les propos tenus.

Ce chiffre est conséquent enfin, parce qu’il semble accréditer la thèse que le cordon sanitaire autour du Front national s’étiole. On retrouve dans la phrase testée par l’IFOP une thématique jusqu’ici épidermique pour une majorité de concitoyens : l’utilisation par le Front National de la seconde guerre mondiale pour des raisons électorales. Quand 39% des Français approuvent les propos, cela signifie que le tabou autour du FN a vécu.

En revanche, on ne note pas, parmi les plus de 65 ans, plus proches de cette période de l’histoire, de réaction sensiblement différente.  Le même pourcentage (39%) approuve les propos de Marine Le Pen. A noter néanmoins une tendance un peu plus élevée  de sondés qui « désapprouve totalement »  les propos tenus ( + 5 points).

Alors, la stratégie de « dédiabolisation » est-elle opérante ? La deuxième question, posée par l’IFOP, permet d’apporter un éclairage sur la comparaison faite par les interviewés entre Marine Le Pen et son père Jean Marie.. Une écrasante majorité, de 84% juge les idées et le programme de Marine très proche, 80% jugent sa manière d’exprimer et de défendre ses idées proches de celle de son père. En corrélant ces deux questions, il semble que Marine Le Pen soit en train de réussir son pari. Rompre l’endiguement moral autour du FN, sans rien perdre de son aspect sulfureux et transgressif, plus puissant que jamais en ces temps de crise.

Partager ce contenu :

Laisser un commentaire