Sarkozy et Villepin au coude à coude ?

Sarkozy et Villepin au coude à coude ?

Photo du profil de Matthieu Chaigne

Matthieu Chaigne

Co-fondateur Délits d’Opinion

Réseaux sociaux

twitterlinkedin

Biographie

Diplômé de Dauphine, de l’EDHEC et d’un master de Lettres à la Sorbonne, Matthieu Chaigne commence sa carrière en tant que planneur stratégique au sein d'Ogilvy. En  2012,il intègre le cabinet de communication stratégique Taddeo comme Directeur Conseil. Il est aujourd'hui Directeur Associé du groupe BVA (pôle conseil/ Le pouvoir des idées)  il est par ailleurs l'auteur de "La France en Face" aux éditions du Rocher.  

Tous les articles de cet expert

La nouvelle a fait la une de plusieurs sites Internet. Villepin et Sarkozy au coude à coude en vue de 2012 ? Les deux hommes sont en effet crédités du même score, 15% selon une enquête CSA publiée mi -septembre 2010. En réalité, ce résultat n’avait rien d’un sondage d’intention de vote, comme le précisait d’ailleurs l’institut CSA. La question posée à l’échantillon était la suivante :

« Parmi les personnalités suivantes, laquelle souhaiteriez vous voir représenter la droite en 2012 » ? Nicolas Sarkozy et Dominique de Villepin tiennent donc la première place, suivis par François Fillon qui obtient 13% des suffrages. Un score qui ne traduit pas le potentiel électoral de chacun des candidats mais révèle de précieux enseignements :

D’abord, il existe bien deux droites : seuls 45% des sympathisants UMP souhaitent que Nicolas Sarkozy les représente en vue de 2012. A côté de la droite Sarkozyste émerge donc une aile plus centriste, incarnée notamment par Fillon, qui siphonne 25% des suffrages des sympathisants UMP.

D’autre part, si ce résultat confirme la bonne visibilité médiatique de Dominique de Villepin, il ne traduit aucunement un potentiel électoral structuré. Les 15% en faveur de l’ancien Premier ministre proviennent, et c’est tout le paradoxe de ce sondage, des sympathisants de gauche. Interrogés sur le candidat de droite idéal, 23% des électeurs d’extrême gauche et 21% des sympathisants PS se sont tournés vers celui qui incarnait à leurs yeux le meilleur opposant à Sarkozy. Le seul opposant aussi, Villepin ayant dans cette liste le monopole de l’anti Sarkozysme.

En revanche, Villepin bénéficie clairement du report des catégories socio professionnelles supérieures qui ont déserté les rangs sarkozystes. 22% des CSP+ préfèrent l’hypothèse Villepin à une nouvelle candidature Sarkozy. Et la poussée sécuritaire estivale qui a permis au Président de renouer-en partie- avec les électeurs frontistes, a creusé de façon asymétrique le fossé avec une cible pourtant vitale;

Partager ce contenu :

Laisser un commentaire