Royal, une candidature pas si saugrenue…

Royal, une candidature pas si saugrenue…

Photo du profil de Mayeul l'Huillier

Mayeul l'Huillier

Co-fondateur de Délits d’Opinion

Réseaux sociaux

linkedin

Biographie

Après un diplôme de l’Edhec, Mayeul l'Huillier a consacré les premières années de sa vie professionnelle aux études d'opinion et aux affaires publiques. Il travaille désormais dans le secteur viticole où il dirige le Syndicat Viticole des Graves. 

Tous les articles de cet expert

Phoenix politique qui n’en finit pas de susciter la polémique, l’ancienne candidate malheureuse à l’élection présidentielle de 2007 s’engage pour la seconde fois dans la course à l’investiture socialiste, en vue de l’échéance de 2012. Prenant de court ses challengers, Ségolène Royal a ainsi officialisé le 29 novembre sa candidature pour les primaires organisées par le Parti Socialiste.

Mais le bruit médiatique provoqué par cette annonce ne saurait suffire à accréditer le bien-fondé de cette stratégie. Les Français se montrent relativement peu séduits par cette démarche : en effet, seuls 37% d’entre eux approuvent la candidature de la présidente de la région Poitou-Charentes d’après un sondage publié par l’Ifop, alors que 63% désapprouvent cette initiative, dont 33%  « désapprouvent  tout à fait ». L’ancienne « Madone des sondages » peine à recouvrer son statut auprès des Français, probablement éclipsée par l’ombre de Dominique Strauss-Kahn qui plane au-dessus de la Rue de Solferino.

Néanmoins, en se penchant sur les résultats auprès des sympathisants socialistes, on observe que 57% d’entre eux jugent favorablement cette candidature, un  score qui monte même à 64% chez les anciens électeurs de Madame Royal en 2007. Et à n’en pas douter, c’est bien à ceux-ci que s’adresse d’abord l’ancienne candidate. De quoi susciter un combat électoral animé à gauche. Pour le plus grand bonheur des spectateurs de droite ?

Partager ce contenu :

Laisser un commentaire