Hollande, le challenger qui monte

Hollande, le challenger qui monte

Photo du profil de Mayeul l'Huillier

Mayeul l'Huillier

Co-fondateur de Délits d’Opinion

Réseaux sociaux

linkedin

Biographie

Après un diplôme de l’Edhec, Mayeul l'Huillier a consacré les premières années de sa vie professionnelle aux études d'opinion et aux affaires publiques. Il travaille désormais dans le secteur viticole où il dirige le Syndicat Viticole des Graves. 

Tous les articles de cet expert

Sous le feu des projecteurs suite à sa réélection à la tête du Conseil général de Corrèze et l’annonce de sa candidature aux primaires socialistes, François Hollande devient le second choix préféré des sympathisants de gauche pour représenter le Parti Socialiste à l’élection présidentielle de 2012, d’après un sondage réalisé par l’Ifop pour France Soir.  Avec le soutien de 22% des sympathisants de gauche interrogés, il se classe derrière Dominique Strauss-Kahn (37%), mais devant Martine Aubry (18%) et Ségolène Royal (12%).

Alors qu’il pointait en quatrième place en décembre 2010, avec un score de 7%, soit un point de plus qu’Arnaud Montebourg (6%), et bien loin des 41% recueillis par l’actuel président du FMI, il a petit à petit grappillé les suffrages pour passer devant Ségolène Royal, la candidate socialiste malheureuse de 2007 et Martine Aubry, l’actuelle première secrétaire du Parti.

Pour autant, s’il continue à se construire une image de présidentiable crédible, il conserve un retard marqué par rapport à ses adversaires pressentis auprès des catégories historiquement séduites par le Parti Socialiste, les employés (dont seuls 15% le choisissent) et les ouvriers (14%). Auprès de ces deux catégories, il ne se classe en effet qu’en quatrième position, derrière Dominique Strauss-Kahn, Martine Aubry et Ségolène Royal.

Partager ce contenu :

Laisser un commentaire