Environnement : les Français doutent-ils vraiment ?

Photo du profil de Mayeul l'Huillier

Mayeul l'Huillier

Co-fondateur de Délits d’Opinion

Réseaux sociaux

linkedin

Biographie

Après un diplôme de l’Edhec, Mayeul l'Huillier a consacré les premières années de sa vie professionnelle aux études d'opinion et aux affaires publiques. Il travaille désormais dans le secteur viticole où il dirige le Syndicat Viticole des Graves. 

Tous les articles de cet expert

55%, c’est la proportion de Français qui affirment, fin décembre, selon un sondage Ifop pour le journal Ouest-France, faire confiance au gouvernement dans le domaine de la protection de l’environnement.

 

Sur ce thème porteur de la campagne de l’élection présidentielle de 2007, la confiance des Français ne cesse de baisser depuis l’arrivée de Nicolas Sarkozy à l’Elysée : -8 points depuis août 2007, malgré la remontée à 61% consécutive au Grenelle de l’Environnement en décembre 2008. Le sommet de Copenhague, et son échec attendu, et l’annonce de la mise en place de la taxe carbone ont, semble-t-il, douché les espoirs de nos concitoyens sur ce thème.

 

Mais si cette confiance des Français est orientée à la baisse, les 55% de Français qui jugent positivement le gouvernement en matière de protection de l’environnement constitue une majorité. Mieux, ce domaine est celui sur lequel les Français croient le plus dans l’action gouvernementale, à peine devant la lutte contre l’insécurité (49%) mais très loin devant l’intégration des personnes issues de l’immigration (34%), la lutte contre le chômage (28%), la lutte contre la pauvreté et l’exclusion (26%), la baisse des impôts (26%) et l’augmentation du pouvoir d’achat (21%). Il est même celui qui résiste le mieux depuis août 2007 et les promesses des premières semaines du mandat du président Sarkozy (-29 points par exemple sur la lutte contre l’insécurité).

 

La comparaison avec le quinquennat précédent permet même de se rendre compte de l’espoir que suscite l’action du gouvernement à l’égard de la protection de l’environnement. Jamais en effet le gouvernement Villepin n’a su recueillir une majorité de jugements positifs sur ce thème.

 

Enfin cette question fait l’objet de jugements relativement uniformes dans la population et à de rares exceptions près, les différentes catégories de population (sexes, classes d’âge, catégories socioprofessionnelles, zone d’habitation) donnent des réponses majoritairement positives. Seul le critère de la proximité politique permet d’identifier des segments de la population moins favorables : les sympathisants du Front de Gauche (66% d’entre eux ne font pas confiance au gouvernement sur cette question), du Front National (61%), des Verts (59%), et les personnes n’ayant pas de préférence partisane (53%).

Partager ce contenu :

Laisser un commentaire