Economie française : la révolte gronde !

Economie française : la révolte gronde !

Photo du profil de Mayeul l'Huillier

Mayeul l'Huillier

Co-fondateur de Délits d’Opinion

Réseaux sociaux

linkedin

Biographie

Après un diplôme de l’Edhec, Mayeul l'Huillier a consacré les premières années de sa vie professionnelle aux études d'opinion et aux affaires publiques. Il travaille désormais dans le secteur viticole où il dirige le Syndicat Viticole des Graves. 

Tous les articles de cet expert

Dans un sondage Ifop pour L’Association « Manifeste pour un débat sur le libre-échange », à la question de leur état d’esprit face à la situation économique et sociale de la France, 48% des personnes interrogées se disent révoltées par la situation économique de notre pays, contre 30% de résignées, 13% de confiantes, 4% d’indifférentes et 1% d’enthousiastes. A un an de l’élection présidentielle, la progression des révoltées (+3 points depuis septembre 2010) pourrait peser dans le débat et dans le résultat du scrutin, alors qu’on peut attendre des clivages importants sur le plan économique et social entre les différents candidats.

Mais plus que cette quasi moitié de Français qui affirment être révoltés, il faut également retenir que 30% de nos concitoyens se montrent de leur côté résignés, soit une progression de 9 points en quelques mois. Ceci démontre que malgré les quelques indicateurs positifs de ces derniers mois, la situation est loin de s’améliorer à leurs yeux. Cette tendance est confirmée par la baisse du nombre de personnes confiantes (13%, -5 points). Les enthousiastes pour leur part ne représentent qu’une part infime de la population : 1% (en baisse de 2 points).

Les ouvriers et les employés sont ceux qui font le plus état de leur colère (respectivement 64% et 52%), alors que chez les cadres supérieurs, l’abattement atteint un niveau équivalent au sentiment de révolte (35%, contre 36%). La part élevée de personnes confiantes dans cette population met en exergue la difficulté qu’elle a à percevoir de manière uniforme la situation économique de la France (21%).

 

Partager ce contenu :

Laisser un commentaire