Remaniement : "une forme de recentrage à droite"

Photo du profil de Gilles Leclerc

Gilles Leclerc

Expert de la vie politique Française et Président de la chaîne Public Sénat

Biographie

PDG de la chaîne parlementaire Public Sénat

Tous les articles de cet expert

Quelques jours après le remaniement du Gouvernement, Gilles LECLERC, nouveau Président de la chaîne Public Senat, a accepté d »aborder les principaux enseignements de cette décision.


Délits d »Opinion : Trois semaines après un résultat plutôt positif aux européennes et à moins d’un mois des vacances parlementaires, le timing d’un remaniement d’une telle ampleur vous parait-il cohérent ?

GILLES LECLERC : Oui c’est assez cohérent. Il y avait déjà à la base une raison mécanique puisqu’il fallait remplacer Michel BARNIER et Rachida DATI. Au final, c’est vrai qu’il y a eu un remaniement plus large avec pratiquement la moitié du Gouvernement modifiée. Il faut dire que Nicolas Sarkozy avait peut-être les coudées franches pour aller un peu plus loin. A l’origine on peut penser qu’il devait prévoir un remaniement plus limité, mais dans cette logique, un changement en entraîne un autre et au final ils ont élargi un peu plus que prévu.

Délits d »Opinion : Nicolas SARKOZY continue dans sa stratégie : une figure patronymique du Parti socialiste, un cadre du MoDem et quelques nouveaux venus, assez peu connus du grand public. Avez-vous finalement été surpris par ce remaniement ?

GILLES LECLERC : Pas vraiment.  Nicolas SARKOZY est un vrai animal politique : il a toujours un coup d’avance, il anticipe sur la suite. Là, le Gouvernement mis en place devrait aller jusqu’aux régionales, ensuite on peut penser qu’il y aura un changement de Premier Ministre. C’est un remaniement quand même très politique : il n’y a pas de vrai coup autre que Frédéric MITTERRAND même si celui-ci ne représente pas un poids lourd à gauche. Il a essentiellement mis des proches à des postes clés.

Il y a donc ici une forme de recentrage à droite sans grande ouverture. Bien sûr, il y a Michel MERCIER, une nouvelle pierre dans le jardin de François BAYROU, mais son entrée au Gouvernement n’est pas une surprise : elle était annoncée depuis un moment déjà. Les ministres d’ouverture restent pour la plupart en poste mais il n’y a pas de nouvelle ouverture avec par exemple aucun gros poisson du Parti socialiste.

Délits d »Opinion : Plusieurs proches du Président Reporting and visualization Organizations have always relied on the capability to create reports to give them an understanding of what the recovering deleted files tells them about everything from monthly sales figures to projections of growth. sont montés en grade, d’autres font leur retour au Gouvernement et plusieurs valeurs montantes de droite apparaissent : cette recomposition est finalement très centrée autour de l’UMP et pourtant la presse semble ne s’intéresser qu’à l’arrivée de Frédéric MITTERRAND … ?

GILLES LECLERC : Oui, il s’agit avant tout du côté presse people. On est dans le people avec une personnalité assez populaire, qui fait plus parler d’elle (pour son nom ?). Le fait de s’appeler Mitterrand fait parler. Les médias traitent plus cette information pour cette raison, plus que du départ d’Yves JEGO par exemple. Ils s’en emparent un peu plus, probablement également parce qu’il a lui-même communiqué sa nomination avant qu’elle ne soit officielle. Selon moi, c’est en partie pour cette raison qu’ils ont précipité l’annonce officielle de 24h.

On remarque aussi qu’on ne trouve plus beaucoup de ministres proches de Jacques CHIRAC, il n’y a pas François BAROIN par exemple. On n’a pas vu non plus Philippe SEGUIN ou Alain JUPPE mais davantage des proches, des gens qu’il a aussi peut-être « fabriqué » lui-même. Certains se sont quand même battus et ont finalement eu gain de cause, comme Michèle ALLIOT-MARIE par exemple. Elle a obtenu encore un gros Ministère sans être parmi les proches du Président. On peut s’interroger sur le vivier à droite, qui n’est peut-être pas si énorme non plus. De plus, si les résultats aux européennes n’avaient pas été positifs, cela aurait certainement été très différent.

Ce Gouvernement semble préparé pour affronter la gauche au moins jusqu’aux régionales, on verra ensuite.

Propos recueillis par Olivier.

Partager ce contenu :

Laisser un commentaire