Baromètre Harris Interactive / Délits d’Opinion : Une Primaire qui renforce la confiance exprimée en Benoît Hamon

Baromètre Harris Interactive / Délits d’Opinion : Une Primaire qui renforce la confiance exprimée en Benoît Hamon

Photo du profil de Jean-Daniel Levy

Jean-Daniel Levy

Directeur du Département Politique & Opinion de l’Institut Harris Interactive

Biographie

Directeur du Département Politique & Opinion de l’Institut Harris Interactive

Tous les articles de cet expert

Baromètre de confiance dans l’exécutif Harris Interactive / Délits d’Opinion : Jean-Daniel Lévy répond aux questions de Délits d’Opinion

 

  1. Délits d’Opinion : Y a-t-il encore un « effet renoncement » favorable à François Hollande ?

Jean-Daniel Lévy : « L’effet renoncement », si tant est qu’il ait existé, semble s’estomper. La confiance en François Hollande baisse de 3 points, à 22%. La baisse est marquée politiquement au sein de son camp. Et, quand bien même la Primaire citoyenne n’apparaît pas comme une réussite aux yeux des électeurs, les sympathisants socialistes ne sont plus – ce mois-ci – que 65% à lui faire confiance contre 73% fin décembre. On remarquera l’apparition d’un reproche circonstanciel exprimé : l’absence ostentatoire du Président dans le cadre de la Primaire.

De son côté, Bernard Cazeneuve progresse de 2 points au global (42%) et de 5 points chez les proches du PS (84%). On remarquera que les structures générationnelles de confiance à l’égard du Président et du Premier ministre sont inversées : si François Hollande suscite plus de confiance chez les jeunes, Bernard Cazeneuve  engendre davantage ce sentiment chez les personnes âgées de 65 ans et plus. D’ailleurs, c’est son caractère « sérieux » qui est le plus mis en avant par les personnes déclarant lui faire confiance.

a

  1. Délits d’Opinion : Un effet Primaire de la Belle Alliance Populaire peut-être ?

Jean-Daniel Lévy : Oui. La Primaire n’a pas été sans effet sur la confiance exprimée à l’égard de différents candidats. Avec 35% de confiance, jamais Benoît Hamon n’a suscité une telle confiance. Les 11 points de progression en un mois sont la marque d’une croissance de sa notoriété et du regard plus positif que par le passé porté à son égard. 9ème personnalité en laquelle les Français avaient le plus confiance, il devient la 3ème. La confiance en l’ancien Ministre de l’Education Nationale progresse de 13 points à Gauche pour atteindre 68% (+18 points chez les proches du Front de Gauche, +8 chez les sympathisants socialistes). Il devient, après Christiane Taubira, la personnalité préférée des proches du PS (avec respectivement 69% et 67% de niveau de confiance) ; également la deuxième chez les proches du Front de Gauche derrière Jean-Luc Mélenchon (avec respectivement 82% et 73%).

Manuel Valls, quant à lui, perd 2 points depuis la vague d’enquête précédente (21%) et surtout, avec 49% parmi les sympathisants socialistes, perd 11 points au sein de cette frange.

a

  1. Délits d’Opinion : D’autres personnalités connaissent-elles des évolutions importantes dans cette vague d’enquête ?

JeanDaniel Lévy : On observe assurément des « effets Macron » et « Mélenchon ». Emmanuel Macron, comme le mois dernier, est la personnalité – hors gouvernement – en laquelle les Français ont le plus confiance. Avec 42%, il marque non seulement une progression d’un point mais surtout de sept points depuis sa sortie du gouvernement en septembre dernier. La confiance étant quasiment de la même intensité à gauche (44%), qu’à droite (45%). 5ème personnalité en laquelle les proches du PS ont le plus confiance, il reste présent à l’esprit en dépit de l’actualité sur la Primaire.

Jean-Luc Mélenchon – quant à lui – progresse de 5 points à gauche (54% contre 49%) avec un léger surplus parmi les proches du PS (42%, + 2 points par rapport au mois dernier).

Un « effet Montebourg » enfin, avec 3 points de plus de confiance (27%), en dépit de son élimination. Il progresse de 10 points chez les proches du Front de Gauche (51%), et de 5 points au PS (48%). On notera enfin sa forte progression, après la campagne, chez les proches du FN (24% contre 9% le mois dernier). Conséquence probable de ses prises de position dans le cadre de la Primaire, notamment en faveur des PME françaises.

Partager ce contenu :

Laisser un commentaire