Baromètre Harris Interactive / Délits d’Opinion : Une plus grande confiance dans l’exécutif sans dithyrambisme

Baromètre Harris Interactive / Délits d’Opinion : Une plus grande confiance dans l’exécutif sans dithyrambisme

Photo du profil de Jean-Daniel Levy

Jean-Daniel Levy

Directeur du Département Politique & Opinion de l’Institut Harris Interactive

Biographie

Directeur du Département Politique & Opinion de l’Institut Harris Interactive

Tous les articles de cet expert

Baromètre de confiance dans l’exécutif Harris Interactive / Délits d’Opinion : Jean-Daniel Lévy répond aux questions de Délits d’Opinion

a

  1. Délits d’Opinion : François Hollande bénéficie-t-il de son renoncement ?

Jean-Daniel Lévy : Suite à l’annonce de son renoncement (et de la surprise que cela avait suscité), suite également à l’annonce de la baisse du chômage pour le troisième mois consécutif, la confiance en François Hollande progresse, sans pour autant atteindre un niveau élevé. Aujourd’hui, 25% des Français indiquent lui accorder leur confiance, soit une hausse de 3 points par rapport au mois dernier. Ce regain est essentiellement le fait de deux catégories de population : sympathisants socialistes d’un côté, personnes âgées de 65 ans et plus de l’autre.

Nous ne sommes donc pas dans un moment d’émotion conduisant à une remontée extrêmement nette de la confiance envers le Président de la République. Même si à la suite de son annonce, nous avions pu identifier une forme de courage rattachée à sa décision[1].

 a

  1. Délits d’Opinion : Le changement de statut de Bernard Cazeneuve et de Manuel Valls leur a-t-il été profitable ?

Jean-Daniel Lévy : Plusieurs observations :

Le passage de Ministre de l’Intérieur à Premier ministre semble préjudiciable à Bernard Cazeneuve (- 4 points de confiance). Même s’il entame sa mission avec une confiance plus nette que celle accordée à Manuel Valls (40% pour le nouveau Premier ministre contre 30% à Manuel Valls le mois dernier), sa proximité à François Hollande est perçue comme avérée et lui est probablement, d’un point de vue d’Opinion, préjudiciable.

A titre de comparaison, on pourra remarquer que la confiance en Manuel Valls avait progressé à son arrivée à Matignon (46% contre 43% lors de la dernière mesure en tant que Ministre de l’Intérieur) mais celle-ci s’effectuait dans un contexte nettement différent.

Dans un même élan, Manuel Valls, candidat à l’élection présidentielle à travers la primaire, perd 7 points lorsque l’on regarde le jugement porté à son égard le mois dernier (23% de confiance contre 30%). L’ancien Premier ministre perd 8 points chez les sympathisants socialistes (60%), 18 au Front de Gauche (9%), 9 chez les proches des Républicains (15%).

a

  1. Délits d’Opinion : Quels sont les effets post-primaire de la Droite ?

Jean-Daniel Lévy : Parmi les Français, Alain Juppé perd 6 points de confiance (37%), François Fillon 8 (31%), Nathalie Kosciusko-Morizet 1 (30%), Bruno Le Maire 5 (23%), Nicolas Sarkozy 3 (18%). Concernant plus spécifiquement le candidat issu de la primaire, François Fillon perd 5 points chez les proches des Républicains (77%), 13 chez ceux du Front National (25%). La baisse est notoire chez les Français de catégorie populaire (21%, – 11 points).

a

  1. Délits d’Opinion : Et ceux pré-primaire de la Gauche ?

Jean-Daniel Lévy : Benoit Hamon progresse de 4 points (24%) alors qu’Arnaud Montebourg en perd 1 (24%). L’ancien Ministre délégué à l’Economie sociale et solidaire suscite la confiance de 55% (+4) des proches du Front de Gauche et surtout de 59% (+25 points) de ceux du PS. L’ancien Ministre du redressement productif perd 7 points parmi les proches du Front de Gauche (41%) et en gagne 8 chez ceux du PS (43%). Manuel Valls recueille quant à lui la confiance de 60% des proches du PS, soit un score proche de celui de Benoît Hamon.

a

  1. Délits d’Opinion : Il y a bien d’autres mouvements dans le reste de la gauche ?

Jean-Daniel Lévy : Si l’on place Emmanuel Macron sur cette frange, oui. Il devient la personnalité hors du gouvernement en laquelle les Français ont le plus confiance : 41% (+2 points), avec 60% chez les proches du PS (+8) et 46% chez les proches des Républicains (+3).

De son côté, Jean-Luc Mélenchon progresse d’un point (26%, 6 points de plus depuis août dernier), avec un regard quasi-plébiscitaire chez les proches du Front de Gauche (89%) tout en opérant un léger recentrage : – 8 au Front de Gauche, +10 chez les proches du PS (40%).

a

[1] http://compol2017.com/articles/hollandevalls-le-courage-attribue-a-celui-qui-ne-part-pas-au-combat/

Partager ce contenu :

Laisser un commentaire