Baromètre Harris Interactive / Délits d’Opinion : la campagne électorale commence à avoir un impact sur la confiance à l’égard des candidats

Baromètre Harris Interactive / Délits d’Opinion : la campagne électorale commence à avoir un impact sur la confiance à l’égard des candidats

Photo du profil de Jean-Daniel Levy

Jean-Daniel Levy

Directeur du Département Politique & Opinion de l’Institut Harris Interactive

Biographie

Directeur du Département Politique & Opinion de l’Institut Harris Interactive

Tous les articles de cet expert
  1. Délits d’Opinion : La cote de confiance en François Hollande progresse de 4 points ce mois-ci. Est-ce le signe d’un vrai regain ?

Jean-Daniel Lévy :  Avec 26% de Français lui accordant leur confiance, pas vraiment. Le Président revient à un niveau qui était le sien début décembre dernier. Depuis début 2017, la confiance en François Hollande se stabilise au-dessus de 20%, mais sans s’inscrire dans une dynamique nette post-renoncement. Ni post « inversion de la courbe du chômage ». La confiance est plus manifeste chez les jeunes, les personnes issues des catégories supérieures, les sympathisants socialistes, sans pour autant arriver à des niveaux particulièrement plus élevés que par le passé.  Dans un même temps, on constate une baisse de la confiance exprimée à l’égard de Bernard Cazeneuve (40%, -2).  La baisse est déjà, caractérisée politiquement. Assez logiquement le Linistre de l’Intérieur s’efface derrière le Premier ministre et les proches des Républicains adoptent un comportement d’opinion plus net : il passe de 31% à 22% de confiance auprès de cette frange de population.

a

  1. Délits d’Opinion : Pourtant tous les ministres, ou presque, bénéficient d’une confiance en hausse…

Jean-Daniel Lévy :  C’est vrai. Sans bouleversement de la hiérarchie. Et surtout avec cette confiance, plus exprimée à l’égard de Jean-Yves Le Drian qu’auprès des autres ministres. Le Ministre de la Défense recueille la confiance de près d’un Français sur deux. A noter que Ségolène Royal est la deuxième ministre suscitant le plus la confiance des Français (32%), 1ère parmi les proches du Front de Gauche et 5ème chez les sympathisants socialistes. Celle qui est attendue par un certain nombre de commentateurs au sujet de son positionnement en faveur d’un candidat à la présidentielle dispose d’une certaine aura chez les proches de la Gauche.

a

  1. Délits d’Opinion : Et certains candidats à la présidentielle voient leur cote de confiance baisser…

Jean-Daniel Lévy :  Oui : -6 pour Emmanuel Macron (36%), -1 pour Benoît Hamon (34%), – 2 pour François Fillon (28%), mais +4 pour Marine Le Pen (25%), +6 pour Nicolas Dupont-Aignan (23%), +2 pour Jean-Luc Mélenchon (30%). Rappelons qu’il n’y a pas nécessairement de lien entre confiance et vote.

Dans le détail, Emmanuel Macron avec 36% à Gauche (-8) et 36% à Droite (-9) perd en confiance chez de nombreux Français. Benoît Hamon – s’il perd un point au niveau de l’ensemble de la population – progresse de 2 points chez les proches du Parti Socialiste (69%), en perd 5 chez ceux du Front de Gauche (68%), et surtout voit le jugement à son égard plus clivé politiquement que le mois dernier avec une baisse prononcée chez les proches de la Droite et du Centre. François Fillon, enfin, dans un contexte « d’affaires », ne voit pas son socle de confiance nettement baisser au sein de son socle : 81% des proches des Républicains lui font confiance (-2). On le voit, le lien entre vote et opinion ne se manifeste pas toujours.

Jean-Luc Mélenchon progresse de 4 points chez les proches du Front de Gauche (86%), en perd 7 chez les proches du Parti Socialiste (35%), et – surtout – en gagne 7 chez les proches du FN (23% contre 16% le mois dernier). Enfin Nicolas Dupont-Aignan peut se réjouir de voir la confiance nettement progresser à Droite et au Centre (39%, +15 points) sans pour autant perdre parmi les proches du FN (33% comme le mois dernier).

Partager ce contenu :

Laisser un commentaire