Baromètre Harris Interactive/Délits d’Opinion : après le débat budgétaire,  Macron progresse… à Droite

Baromètre Harris Interactive/Délits d’Opinion : après le débat budgétaire, Macron progresse… à Droite

Photo du profil de Jean-Daniel Levy

Jean-Daniel Levy

Directeur du Département Politique & Opinion de l’Institut Harris Interactive

Biographie

Directeur du Département Politique & Opinion de l’Institut Harris Interactive

Tous les articles de cet expert

Jean-Daniel Lévy revient sur les principaux enseignements du dernier baromètre Harris Interactive/ Délits d’Opinion

Délits d’Opinion : Depuis août dernier, la confiance dans le couple exécutif varie peu. 46% des Français font confiance au Président, soit le même niveau qu’en août dernier. Dans le même temps 48% font confiance au Premier ministre contre 44% il y a quatre mois. Comment peut-on l’expliquer ?

Jean-Daniel Lévy : Déjà, en remarquant, que derrière ces évolutions mensuelles faibles se cachent quelques mouvements : une baisse de la confiance de la part des catégories populaires (aujourd’hui à 38% pour le Président contre 51% des Français de catégories supérieures), et surtout une modification nette du regard des Français à l’égard d’Emmanuel Macron en fonction de leur proximité politique. En août dernier, 60% des proches du Parti socialiste accordaient leur confiance à Emmanuel Macron. Ils ne sont plus que 43% aujourd’hui. Au cours de la même période, le regard des proches des Républicains a progressé de 16 points passant de 39% à 55%, dont 10 points de progression au cours du dernier mois. Tant et si bien que, pour la première fois, les proches de la droite sont plus « positifs » que ceux de la gauche.

Observons par ailleurs que, pour la première fois, les Français font plus confiance à Edouard Philippe qu’à Emmanuel Macron. Certes, le jugement des Français ne s’inscrit pas dans le même registre. Certes le Président – mais peut-être s’agit-il d’une clef d’explication – est plus exposé que le premier Ministre. Mais ce dernier apparait un peu moins « clivant ». A titre d’exemple, 57% des proches des Républicains accordent leur confiance à Edouard Philippe (soit 2 points de plus qu’à Emmanuel Macron). Ces 2 points de différence se retrouvent également auprès des proches du PS (45% de confiance pour Edouard Philippe, 43% pour le Président).

Délits d’Opinion : La confiance dans les ministres est, dans l’ensemble, en baisse…

Jean-Daniel Lévy : Effectivement. C’est la première fois depuis la formation du gouvernement, qu’aucun ne recueille une majorité absolue de confiance. Il est frappant de remarquer la déconnexion entre l’évolution du regard à l’égard du couple exécutif d’un côté et à l’égard des ministres de l’autre. Et alors que les proches des Républicains jugent plus favorablement le Président de la République comme le Premier ministre, et qu’ils apprécient plus que par le passé la politique économique du gouvernement, les ministres en charge de ces actions n’en tirent pas un bénéfice auprès de cette population : +1 pour Bruno Le Maire et surtout – 10 pour Gérald Darmanin. A moins que chez ce dernier les proches de la formation de Droite lui reprochent son adhésion à La République En Marche. Dans ce cas les proches de la formation du Président ne lui donnent pas crédit de ce mouvement : certes le Ministre de l’Action et des Comptes publics bénéficie de la confiance de 64% d’entre eux, mais c’est 8 points de moins que le mois dernier. Remarquons également la baisse de 7 points de la ministre de la santé, Agnès Buzyn, pâtissant probablement des polémiques sur la place du tabac au cinéma.

Si l’on effectue un classement, observons que quelques ministres bénéficient d’une confiance nette de la part des proches de La République En Marche : Jean-Yves Le Drian (81%), Laura Flessel (77%), Nicolas Hulot (76%), Gérard Colomb (73%), Bruno Le Maire (70%), Muriel Pénicaud et Jean-Michel Blanquer (68%) Gérald Darmanin comme nous l’avons dit (64%) et le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux (60%).

Les proches des Républicains, de leur côté, n’accordent majoritairement leur confiance qu’au Ministre de l’Europe et des Affaires Étrangères, à la Ministre des sports et au Ministre de l’Économie (tous trois de la part de 51% de cette population).


 

Délits d’Opinion : Pas de confiance majoritaire non plus à l’égard des autres acteurs politiques…

Jean-Daniel Lévy : C’est vrai. Certains mouvements d’opinion sont à relever : 3 points de plus de confiance pour François Baroin (29%) tout comme pour Jean-Luc Mélenchon (28%), des progrès similaire pour les personnalités de Gauche également : +1 pour Christiane Taubira, + 5 pour Martine Aubry, +5 pour Olivier Besancenot.

Notons également non seulement la baisse de 2 points d’Anne Hidalgo mais surtout le fait que la confiance à son égard s’érode depuis juillet (-9 points). Manuel Valls, enfin, que l’on a entendu récemment perd un point avec 20% de confiance.

Nous pouvons enfin nous arrêter sur deux responsables politiques qui vont être au centre de l’actualité les prochains jours : Benoît Hamon et Laurent Wauquiez.

Benoît Hamon avec 30% de confiance est la troisième personnalité hors gouvernement à laquelle les Français accordent le plus leur confiance. Il progresse de 4 points depuis octobre dernier, étant celui en qui les proches de la Gauche d’une manière générale (64%) comme du Parti Socialiste (68%) ont le plus confiance et est bien vu des proches de la France Insoumise (59%). Enfin, au cours de la période récente, il a progressé de 9 points à Gauche, 8 chez les sympathisants FI et 5 auprès de ceux du PS.

Pour Laurent Wauquiez, il bénéficie de la confiance de 40% des proches de la Droite, 45% chez Les Républicains mais s’inscrit dans une moins bonne dynamique : -12 chez les proches de la formation politique dont il devrait vraisemblablement prendre la direction, -11 à Droite d’une manière générale. Et alors que certains commentateurs parlent d’une proximité avec le FN, les proches de cette formation politique sont certes un quart à lui accorder leur confiance mais celle-ci est en baisse de 7 points en un mois. Plus généralement, Les Républicains, aujourd’hui, peinent à se séparer de leurs figures tutélaires : Nicolas Sarkozy (68%, +7), François Baroin (65%), Alain Juppé (59%), Xavier Bertrand et François Fillon (54%), Valérie Pécresse et Nathalie Kosciusko-Morizet (respectivement 51% et 50%).

Enquête réalisée en ligne du 28 au 30 novembre 2017. Échantillon de 937 personnes, représentatif des Français âgés de 18 ans et plus. Méthode des quotas et redressement appliqués aux variables suivantes : sexe, âge, catégorie socioprofessionnelle et région d’habitation de l’interviewé(e).

Partager ce contenu :

Laisser un commentaire