2009, une année à oublier selon les sondages

2009, une année à oublier selon les sondages

Photo du profil de Guillaume Petit

Guillaume Petit

Directeur d'études chez TNS Sofres

Biographie

Directeur d'études chez TNS Sofres

Tous les articles de cet expert

Pour dresser un bilan sur l’année 2009,  Guillaume Petit  décrypte le baromètre des Préoccupations des Français. Moral en berne, craintes sanitaires liées à la grippe a : le tableau de cette année 2009 a semblé particulièrement sombre aux yeux de nos compatriotes.

Délits d’Opinion : Quel bilan global peut-on tirer du moral des Français en 2009 ?

Guillaume Petit : La crise économique mondiale, qui a bien sûr profondément marqué le contexte social, politique et économique de l’année 2009, s’est traduite dans l’opinion par un niveau d’inquiétude élevé et généralisé. L’indice d’inquiétude de notre Baromètre des Préoccupations (réalisé pour le journal La Croix en partenariat avec Covéa Finance) a ainsi bondi dès septembre 2008 avec la faillite de Lehman Brothers et s’est maintenu à des niveaux importants en 2009 – à l’exception du mois de mai (centré médiatiquement sur la campagne électorale européenne et marqué par la trêve des week-ends prolongés) – avec un record de 69 atteint au mois de juin.

panneau_chutePlusieurs enquêtes réalisées en cours d’année viennent corroborer ce constat : le moral des Français reste à un niveau historiquement bas (en mars, 82 % des Français estimaient que « les choses ont tendance à aller plus mal » contre seulement 8 % qui jugeaient qu’elles « vont en s’améliorant »). Fin octobre, 51 % des Français nous disaient que la méfiance est ce qui caractérisait le mieux leur état d’esprit, contre une minorité qui se disait confiante (16 %), éprouvant du bien-être (14 %), sereine (13 %) ou enthousiaste (7 %).

Au final, cette année 2009 restera comme mouvementée, marquée par des records d’inquiétude dans cinq domaines : le chômage, la santé, le financement des retraites, l’environnement et l’école.

Délits d’Opinion : La crise a donc eu directement un impact sur l’inquiétude sur le chômage ?

Guillaume Petit : Oui, car après avoir cédé le pas au pouvoir d’achat mi 2008, le chômage est repassé en tête des préoccupations des Français avec l’éclatement de la crise financière à l’automne 2008 et s’est maintenu à des niveaux élevés pour atteindre son record historique fin avril (79% des Français le citaient comme source d’inquiétude). Les moins de 35 ans et les catégories les moins aisées sont les plus inquiets à ce sujet.

Parallèlement à l’augmentation du chômage, l’inquiétude sur le pouvoir d’achat a perdu de son ampleur de manière continue en 2009, après une hausse spectaculaire de mi 2007 à mi 2008. Mais elle reste une crainte prédominante chez les Français (en 3ème position derrière le chômage et la santé), notamment chez les moins de 35 ans et les catégories modestes.

Délits d’Opinion : L’année 2009 restera également marquée par la grippe A…

Guillaume Petit : L’inquiétude pour la santé et la qualité des soins est effectivement en 2ème position du baromètre depuis le mois d’avril, et s’est maintenue à des niveaux élevés tout au long de 2009. Outre l’épidémie de grippe A ultra-médiatisée, la réforme « Hôpital, Patients et Territoires » (entrainant un record de craintes avec 58% de citations fin avril), la hausse du forfait hospitalier et le déremboursement de certains médicaments ont aussi contribué à inquiéter tout au long de l’année l’ensemble des Français et pas uniquement les femmes ou les plus âgés.

Délits d’Opinion : On a également beaucoup parlé Environnement cette année, avec le score des Verts aux élections européennes, la sortie du film Home, le Sommet de Copenhague. L’opinion est-elle davantage sensibilisée à ce thème ?

Guillaume Petit : Là aussi, les inquiétudes ont atteint un record avec 47% de citations au mois de septembre et sont restées relativement élevées tout au long de l’année (environ 40 % de citations). Elles sont surtout très aigues chez les jeunes et les catégories aisées, mais on notera que les Européennes auront permis de sensibiliser l‘électorat de droite et les Français les plus âgés à la mi-année, même si l’effet s’est un peu estompé depuis.

Délits d’Opinion : Y a-t-il d’autres domaines où la crispation des Français s’est ressentie ?

Guillaume Petit : Les retraites tout d’abord. Alors que la réforme se profile pour 2010, le financement des retraites s’est maintenu à un niveau d’inquiétude élevé en 2009 (autour de 40 % de citations), atteignant un record historique en juin avec 54 % de citations (en raison du débat lancé par le gouvernement sur la retraite à 67 ans) avant de reculer au 3ème trimestre.

Enfin, les Français ont également montré des signes de crispation jusque-là jamais enregistrés dans le domaine de l’école et de l’enseignement (46% de citations en février et juin), en raison de la mobilisation des enseignants-chercheurs contre la réforme de leur statut puis de l’annonce de suppression de 16 000 postes dans l’Education Nationale.

Partager ce contenu :

Laisser un commentaire