Quelle alternative à un président impopulaire ?

Quelle alternative à un président impopulaire ?

Photo du profil de Jean-Baptiste Sintès

Jean-Baptiste Sintès

Analyste Délits d’Opinion

Réseaux sociaux

twitterlinkedin

Biographie

Passionné par les tendances sociétales, le nudge, l'innovation et la transition numérique, Jean-Baptiste Sintes travaille aujourd'hui au sein d'un grand institut de sondage. Il est diplômé du Master Progis de l'IEP de Grenoble.

Tous les articles de cet expert

A l’heure où le Président de la République n’a jamais aussi peu convaincu (seulement 13% de Français satisfaits de son action selon la dernière vague du baromètre Ifop/JDD), l’ombre portée de Nicolas Sarkozy plane.

Seulement, le retour de l’ancien Président est loin de faire l’unanimité au sein des Français même s’il est plébiscité à droite : 37% de nos concitoyens souhaitent le voir candidat à l’élection présidentielle de 2017 (contre 86% des sympathisants UMP) selon un sondage CSA pour BFM TV. Ces chiffres sont évidemment à prendre avec précautions puisqu’il peut encore se passer beaucoup de choses d’ici la prochaine échéance présidentielle qui aura lieu dans 3 ans.

Mais aujourd’hui une question demeure posée au regard des derniers sondages publiés : la France souffre t-elle d’un dégoût prononcé envers la classe politique ou d’un déficit d’offre politique ?

Quelle alternative à un président impopulaire sarkozy hollande

 

Premier constat : les Français sont divisés et ne tombent pas d’accord sur la personnalité pouvant le mieux répondre à leurs angoisses et initier une politique satisfaisante. Un sondage CSA pour Atlantico est à cet égard signifiant. Pour les individus interrogés en réalité, aucune personnalité politique de premier plan ne ferait réellement mieux que le Président de la République si elle était élue Président. En cause, des clivages très marqués en fonction de l’étiquette partisane du candidat, et l’incapacité pour ces derniers à élargir réellement leurs bases.

Car, en regardant de plus près cette étude CSA/Atlantico, il paraît évident que le reflexe partisan continue d’orienter les jugements. Ainsi les sympathisants de droite sont convaincus qu’Alain Juppé (78%), Nicolas Sarkozy (78%), et dans une moindre mesure François Fillon (66%) feraient mieux que François Hollande s’ils étaient aux commandes de l’Etat. De la même façon, presque la totalité des sympathisants FN pense que Marine Le Pen (94%) ferait mieux que François Hollande à la tête du pays.

Mais à l’inverse, 33% des sympathisants de gauche jugent qu’Alain Juppé ferait moins bien que François Hollande. Le score montre à 54% pour Nicolas Sarkozy et 69% chez Marine Le Pen.

Certes, le trouble des électeurs de gauche est bien palpable. Seulement 42% des sympathisants socialistes sont encore satisfaits de François Hollande comme Président de la République selon le baromètre Ifop/JDD. Nulle figure de gauche ne semble s’imposer, hormis la poussée relative de Martine Aubry.

Mais les électeurs de gauche sont loin de vouloir franchir le Rubicon, preuve que les clivages partisans demeurent puissants malgré le constat d’échec porté sur cette gauche, preuve également que l’offre politique à gauche est appelée à profondément se renouveler dans les mois à venir. Ne serait-ce que pour répondre aux attentes d’un peuple de gauche qui ne se résout pas à jeter le socialisme avec l’eau du Hollandisme.

 

Jean-Baptiste Sintes

(article en partenariat avec l’Opinion)

 

Sources dans l’ordre :

http://www.ifop.com/media/poll/2770-1-study_file.pdf

http://www.csa.eu/multimedia/data/sondages/data2014/opi20140920-les-francais-et-le-retour-de-nicolas-sarkozy.pdf

http://www.csa.eu/multimedia/data/sondages/data2014/opi20140917-qui-ferait-mieux-que-francois-hollande-a-l-elysee.pdf

Partager ce contenu :

Laisser un commentaire