Les « internet natives », portrait d’une génération sur-connectée

Les « internet natives », portrait d’une génération sur-connectée

Photo du profil de Jean-Baptiste Sintès

Jean-Baptiste Sintès

Analyste Délits d’Opinion

Réseaux sociaux

twitterlinkedin

Biographie

Passionné par les tendances sociétales, le nudge, l'innovation et la transition numérique, Jean-Baptiste Sintes travaille aujourd'hui au sein d'un grand institut de sondage. Il est diplômé du Master Progis de l'IEP de Grenoble.

Tous les articles de cet expert

On connaissait les « digital natives », génération née entre 1985 et 1995, qui a grandi avec les ordinateurs et les nouvelles technologies numériques, leur procurant une facilité toute particulière dans le maniement des nouveaux médias.

Les digital natives sont aujourd’hui passés à l’âge adulte et laissent la place à la jeune génération : les « internet natives », c’est à dire ceux qui sont nés après 1995. Contrairement à leurs aînés, les internet natives sont nés dans un environnement déjà connecté, avec deux conséquences majeures en terme de « consommation du net » : un temps de connexion toujours plus grandissant et un équipement en « device » de connexion qui intervient de plus en plus tôt chez l’enfant.

La progression continuelle du temps de connexion sur Internet est éloquente : selon l’étude « Junior Connect » d’Ipsos (( http://www.ipsos.fr/communiquer/2015-04-07-junior-connect-2015-conquete-l-engagement)), en 2012, les 1-6 ans passaient 2h10 par semaine sur internet, ils y passent aujourd’hui 3h40. Les 7-12 ans passaient quant à eux 4h50 par semaine à « surfer » en 2012 contre 5h30 aujourd’hui. Enfin, les 13-19 ans passaient 12h20 par semaine sur le net en 2012 contre 13h30 aujourd’hui.

Si les enfants se connectent plus souvent sur internet c’est aussi parce qu’ils disposent désormais de plus en plus d’outils de connexion totalement « ancrés » au cœur des logements : ordinateurs fixes, portables, smartphones et tablettes. Ce dernier outil a particulièrement conquis les foyers ainsi que les enfants qui y vivent. Née en 2010, la tablette est présente aujourd’hui dans 62% des foyers français contre 22% en 2013. Cette ascension vertigineuse se retrouve aussi au niveau individuel : 29% des 1-6 ans sont équipés personnellement en tablette selon les résultats de l’étude « Junior Connect » d’Ipsos.

Acculturés dès le plus jeune âge à la logique du web, les « internet natives » développent sous nos yeux de nouvelles habitudes d’apprentissage, de nouveaux types de relations sociales et de nouvelles façons de travailler. Modelée selon un mode de pensée profondément alternatif, cette génération n’a pas fini de nous surprendre.

Jean-Baptiste Sintes

@jbsintes

Partager ce contenu :

Laisser un commentaire