Le FN peut-il profiter de la demande de laïcité du peuple français ?

Le FN peut-il profiter de la demande de laïcité du peuple français ?

Photo du profil de Jean-Baptiste Sintès

Jean-Baptiste Sintès

Analyste Délits d’Opinion

Réseaux sociaux

twitterlinkedin

Biographie

Passionné par les tendances sociétales, le nudge, l'innovation et la transition numérique, Jean-Baptiste Sintes travaille aujourd'hui au sein d'un grand institut de sondage. Il est diplômé du Master Progis de l'IEP de Grenoble.

Tous les articles de cet expert

La grande manifestation du 11 janvier a révélé des Français capables de se mobiliser pour la tolérance et contre les abus du religieux. Symbole de l’ « esprit Charlie », elle a su être le creuset républicain où de nombreux chrétiens, athées, musulmans et juifs ont parlé d’une même voix autour d’une volonté commune de vivre-ensemble dans l’enceinte des règles laïques. Logiquement, la laïcité a pris alors une importance primordiale dans l’opinion. Selon un sondage IFOP/Sud Ouest Dimanche paru début février ((http://www.ifop.com/?option=com_publication&type=poll&id=2929)), 46% des Français mettent en avant la laïcité comme le principe républicain le plus important, loin devant le suffrage universel (36%).

Mais avant cette manifestation, qui parlait le plus de laïcité ? Marine Le Pen n’a pas attendu les attentats qui ont visé l’hebdomadaire satirique pour faire de la laïcité sa figure de proue : dans l’espace politique, elle est même allée jusqu’à revendiquer cette valeur comme faisant partie de l’ADN de sa formation politique. La qualifiant de « principe français sacré », la présidente du FN a mentionné la laïcité dans 25% de ses discours entre 2011 et 2013. ((JOIGNOT Frédéric, « Les mots biaisés de Marine Le Pen, in « Le Monde », 29.01.15 http://www.lemonde.fr/politique/article/2015/01/29/les-mots-biaises-de-marine-le-pen_4566374_823448.html))

La laïcité fait-elle pour autant réellement partie de l’ADN du FN en étant une spécificité particulièrement attendue par les sympathisants ? Ou n’est-elle qu’un levier populiste dont se sert le parti pour capter toujours plus d’électeurs ?

Selon le même sondage IFOP, l’attente forte du peuple français en matière de laïcité est partagée presque dans les mêmes proportions par les sympathisants du PS (45% l’estiment comme principe républicain le plus important), de l’UMP (47%) et du FN (47%). Les sympathisants du parti de Marine Le Pen ne sont donc pas plus férus de laïcité que le reste des Français. D’ailleurs, les plus enthousiastes sont les sympathisants Front De Gauche qui sont une courte majorité (52%) à placer la laïcité comme le principe républicain le plus important.

Si la laïcité est présente dans le discours du Front National, elle est davantage dans le cœur des sympathisants de la gauche de la gauche : sans doute car une part des sympathisants FN reste encore attachée aux valeurs ultracatholiques sur lesquelles s’est fondé le parti dans les années 70.

L’accaparement du thème laïque dans le discours de Marine Le Pen ne convainc donc pas spécifiquement ses sympathisants mais cherche plutôt à « ratisser plus large », en essayant de s’adresser à tous les Français, au-delà de son propre parti, dans un contexte propice, où la laïcité compte pour tout le monde.

Marine Le Pen a-t-elle pour autant tiré profit de l’émotion suscitée par les événements de la « semaine noire » des 7, 8 et 9 janvier ? Non si l’on prend les résultats du baromètre politique de TNS Sofres pour le Figaro Magazine ((http://www.tns-sofres.com/etudes-et-points-de-vue/barometre-politique-fevrier-2015)) réalisé en février. Selon l’étude, 29% des Français disent souhaiter voir Marine Le Pen jouer un rôle important au cours des mois et des années à venir, soit un niveau qui ne change pas sensiblement par rapport à décembre (28%). Une stabilité d’opinion à l’égard de Marine Le Pen qui se retrouve dans le baromètre de l’action politique Ipsos/Le Point ((http://www.ipsos.fr/decrypter-societe/2015-02-09-popularite-l-executif-baisse-qui-n-annule-pas-points-pris-en-janvier-dernier)) dans lequel la présidente du FN ne gagne que 2 points d’opinions favorables de décembre à février (29% à 31%), un score qui reste en dessous de la vague de novembre 2014, dans laquelle elle avait atteint les 33% d’opinions favorables.

Jean-Baptiste Sintes

@jbsintes

Partager ce contenu :

Laisser un commentaire