La France est-elle raciste ?

La France est-elle raciste ?

Photo du profil de Frédéric Pennel

Frédéric Pennel

Analyste Délits d’Opinion

Réseaux sociaux

twitterlinkedin

Biographie

Journaliste de formation, Frédéric Pennel est spécialiste en sciences politiques et en questions internationales. Après une expérience en institut de sondage, il a piloté les études d’opinion au sein du ministère de la défense. Il est actuellement consultant éditorial en agence de communication.

Tous les articles de cet expert

racismeLa plupart du temps, les sondages commentent l’actualité sous le prisme de l’opinion publique. Il arrive également qu’ils créent l’actualité. En 2000, un sondage explosait dans le débat médiatique : il annonçait que 69 % des Français se déclaraient (« plutôt », « un peu », « pas très ») racistes. La France se réveillait stupéfaite en apprenant qu’elle était raciste. La France black blanc beur, qui avait triomphé des Brésiliens deux ans plus tôt, n’était-elle qu’un mirage, qui venait de se dissiper ? Les critiques à l’encontre de ce sondage fusaient : comment peut-on mesurer le racisme par sondage, comment interpréter ces résultats ? Que signifie le fait d’être raciste ? Que valent les propos d’un sondé qui répond à un enquêteur qui lui demande s’il est raciste ? Les sondages se contredisent d’ailleurs souvent sur cette question puisque, en 2005 par exemple , ils n’étaient « plus qu’un tiers » à se déclarer racistes (sondage CSA). Pourtant, mesurer son degré de racisme constitue effectivement un réel défi pour une société qui veut défendre le « vivre ensemble » et l’égalité des conditions pour chacun.

Où s’arrête le préjugé ?

Le Front National a pollué le débat sur ce thème à partir des années 1980: comme s’il suffisait de jeter l’anathème sur ce parti pour pouvoir se prétendre non raciste. Le niveau de racisme n’est pourtant pas indexé sur les résultats du FN aux élections, il prend souvent des facettes plus subtiles.

Le film Agathe Cléry d’Etienne Chatiliez, sorti cet hiver sur les écrans, n’a pas été, selon la critique, l’occasion de dresser un portrait crédible de la France raciste d’aujourd’hui : en effet, une cadre supérieure parisienne fondamentalement raciste ne correspond pas aux canons du traditionnel raciste. Mais ce film a eu pour mérite de montrer que les bobos bien-pensants ne sont pas exemptés de se remettre en questions et qu’il ne faut pas forcément aller chercher le raciste parmi l’ouvrier peu diplômé.

Au contraire, il semble que le racisme se terre souvent au fond de beaucoup d’individus, ne serait-ce qu’au travers de préjugés, dont ils ne parviennent pas toujours à se défaire. Mais comment distinguer un préjugé d’une vérité ? Selon un sondage CSA de mars 2009,

– un Français sur deux pense que les étrangers savent mieux profiter du système de protection sociale que les autres ;

– 38% estime que les Juifs ont plus d’influence que les autres dans la finance ou les médias ;

– 24% pense que les Noirs sont plus forts physiquement que les autres.

Mais toutes ces idées reçues constituent-t-elles forcément des pensées racistes ? Certaines d’entre elles ont pu nourrir par la passé le racisme ou l’antisémistisme. Il en est ainsi de la place des Juifs dans la finance : ce stéréotype a potentiellement eu un impact dans la construction de l’antisémitisme européen. Cela étant, leur présence dans ce secteur peut s’expliquer pour des raisons historiques et non forcément par la volonté de leur nuir. En effet, les Juifs ont été pendant longtemps les seuls à pouvoir exercer des professions d’usuriers – l’Eglise en interdisant la pratique aux catholiques. Un constat, même fondé, peut ainsi être détourné pour façonner la représentation d’une population qui vise à la discréditer dans l’opinion.

Le sentiment d’une hausse des discriminations en raison de sa couleur de peau

Le racisme est à la confluence d’un grand nombre d’enjeux tels l’immigration, l’identité nationale, la place des religions, l’exclusion. Elle est également la mère des discriminations. Or, 59% des personnes appartenant à des minorités visibles a le sentiment d’avoir vécu une situation de discrimination en raison de la couleur de sa peau. Ces discriminations se sont principalement manifestées par un manque de respect (25%), des insultes (25%), des contrôles par les forces d’identité ou de police (22%) ou dans le cadre d’une recherche d’emploi (22%). Au sein de ces minorités, les hommes, les jeunes et les salariés du privé sont les plus nombreux à éprouver ce sentiment.

Historiquement, chaque vague d’immigration en France s’est heurtée à des fièvres xénophobes, alimentées par la peur de la différence, et par le repli des communautés immigrées sur elles-même dû notamment au barrage linguistique. Néanmoins, avec le temps, ces populations se sont fondues dans le creuset national jusqu’à rendre leur « différence » quasiment imperceptible, mettant fin aux discriminations dont elles étaient victimes. Cette donnée pourrait laisser augurer l’espoir que les discriminations actuelles, nourries par le racisme ou la xénophobie, s’atténueront naturellement avec le temps. Or, les données du sondage semblent plutôt contredire cette thèse : en effet, une personne issue des minorités visibles sur trois partage le sentiment que les discriminations dont elles sont victimes s’aggravent (contre seulement 17 % qui pense que ces discriminations diminuent).

Un point néanmoins positif : la France ne semble pour l’instant pas touchée par les relents xénophobes et racistes qui touchent les sociétés en période de crises économiques.

Partager ce contenu :

Laisser un commentaire