Elections régionales : un score historique pour la droite ?

Elections régionales : un score historique pour la droite ?

Photo du profil de Mayeul l'Huillier

Mayeul l'Huillier

Co-fondateur de Délits d’Opinion

Réseaux sociaux

linkedin

Biographie

Après un diplôme de l’Edhec, Mayeul l'Huillier a consacré les premières années de sa vie professionnelle aux études d'opinion et aux affaires publiques. Il travaille désormais dans le secteur viticole où il dirige le Syndicat Viticole des Graves. 

Tous les articles de cet expert

Logo-regionales-2010-Min-InterieurPour la droite, les sondages d’intentions de vote se suivent et se ressemblent. Annoncée comme la grande perdante de ces élections régionales de mars prochain, la droite se retrouve aujourd’hui dans une situation délicate. La stratégie d’union dès le premier tour, imposée par le Président de la République montre ses limites. Ainsi, si le score de la droite au premier tour qui aura lieu dimanche prochain pourrait permettre à la majorité de virer en tête dans plusieurs régions voire au niveau national, les réserves de voix pour convertir ce résultat en une victoire électorale au soir du second tour semblent minces.

 

Vers le plus faible résultat de la droite à une élection

 

droite élections

En réalité, ces élections régionales pourraient voir la droite obtenir le plus mauvais résultat enregistré par la droite depuis le début de la Vème République. Les intentions de vote au niveau national publiées par les instituts de sondage depuis le début de la campagne présentent en effet un résultat compris entre 28 % (Sondage Ifop – Paris Match du 28/01/2010) et 33% (Sondage OpinionWay – Fiducial du 21/02/2010) pour l’ensemble des formations de droite. Un score qui serait donc inférieur aux 34,62% enregistrés en juin 2009 et aux 34,47% des élections régionales de 2004, pourtant les deux plus mauvais résultats enregistrés par la dro

ite. Traditionnellement, les commentateurs politiques avaient l’habitude de parler d’un socle minimal d’un tiers des voix pour la droite. Cette théorie est-elle en train de voler en éclat ?

 

Une sous-estimation du vote de droite par les instituts de sondage ?

 

Certains à droite affirment aujourd’hui que les instituts de sondage ont pour habitude de sous-estimer les prévisions de résultats de la droite. En effet, pour les élections européennes de 2009, la droite parlementaire, créditée de score entre 31% et 33% dans les derniers sondages publ

iés, a enregistré un résultat de 34,45%. De même, lors de l’élection présidentielle de 2007, le candidat Sarkozy était généralement crédité d’un score entre 24,5 et 28,5% juste avant le premier tour pour un résultat final de 31,18%… Cette sous-estimation –involontaire évidemment – ne suffit toutefois pas à expliquer des intentions de vote qui semblent plus faibles que jamais pour la majorité présidentielle.

 

Une impopularité exceptionnelle  pour un résultat exceptionnel ?

 

Avec des niveaux d’impopularité rarement atteints (36% de satisfaction de son action selon le dernier baromètre Ifop/JDD), le Président Sarkozy semble avoir créé une véritable défiance entre l’opinion publique et son gouvernement.  Alors que de nombreuses personnalités de la majorité se présentent devant les électeurs dimanche prochain, le chef de l’Etat a même été sommé par certains de ne pas intervenir dans la campagne, au risque de faire fuir les électeurs.

Cette impopularité reste cependant comparable à celle enregistrée lors de la vague de mai 2009 de ce même baromètre Ifop/JDD. A celle-ci s’ajoute une lassitude du pouvoir en place et de son action qui peut seule expliquer le degré de défiance entre le président actuel et ceux qui l’ont choisi en 2007 pour s’installer à l’Elysée. D’après la dernière intention de vote nationale publiée par l’Ifop pour la Lettre de l’Opinion, sur 100 électeurs de Nicolas Sarkozy en 2007, seuls 72% affirment vouloir voter dimanche pour la liste de la majorité présidentielle. Pire, cette défection des soutiens du chef de l’Etat semble également s’être prolongée depuis les élections européennes et leur score historiquement bas pour la droite parlementaire : 86% des électeurs UMP-Nouveau Centre de 2009 seulement vont continuer à voter pour la majorité. Résultat : dans cette enquête les listes

 de droite n’obtiennent que 28,5% des intentions de vote, un record.

 

Exceptionnellement impopulaire depuis exceptionnellement longtemps, le Président est ainsi en passe d’infliger à son camp une défaite exceptionnelle. Nul doute que ce résultat fera date et risque de fragiliser encore plus Nicolas Sarkozy auprès de son propre camp. La dernière élection nationale avant l’élection présidentielle sera certainement très riche d’enseignements pour le camp du chef de l’Etat…

Partager ce contenu :

Laisser un commentaire